Montmorency – Les migrants

-migrantAlors que les premiers migrants arrivent  sur la base de loisirs de Cergy, Madame la Maire de Montmorency, Michelle Berthy,  limite sa communication, concernant  l’ hébergement à Montmorency, à quelques phrases laconiques,  en l’occurence sur le site de la ville, comme suit  :

« ACCUEIL DES RÉFUGIÉS
La Préfecture du Val d’Oise met en place la décision gouvernementale d’accueillir des réfugiés en France.
Après le site de la base de loisirs de Cergy, l’ancienne maternité de l’hôpital Simone Veil a été retenue par les services de la Préfecture pour accueillir une centaine de personnes.
Ce sont ces services qui vont assurer la prise en charge totale de cet accueil en partenariat avec le milieu associatif.
Le Préfet s’est engagé sur un accueil de deux mois maximum.
A cet instant de la journée, et après la commission de sécurité qui s’est tenue sur le site ce matin, la Ville de Montmorency n’a pas d’autres informations.
La municipalité ne manquera pas de vous tenir informés si d’autres informations nous sont communiquées. »

Il n’est pas raisonnable que la Maire de Montmorency, et conseillère départementale n’ait reçu plus amples informations, sans dans ce cas, penser à une inorganisation des services de Monsieur Le Préfet ( cité par Madame La maire – Michelle Berthy – dans son article), ce qui ne peut décemment être envisagée.

ListenAucune information préalable aux conseillers municipaux, aucune concertation sur les conditions de cet accueil. Sur la durée deux mois et après … Passez il n’ y a rien à voir, pour ces « réfugiés » .

Nous ne sommes pas dupes, que cet accueil se fasse certes, mais que l’on en détermine sérieusement les conditions.

Etat providence (1) ou Etat gendarme, tel n’est pas le problème, mais un état doit être organisé et c’est pour une municipalité, qui se respecte,  dans cette même  lignée,  un impératif légitime .

avertir_promo_0

Enfin comme nous l’avons soulevé dans un article précédent  (ici) :

  • accompagnement, insertion dans le tissu social de la ville, santé, emploi, éducation des enfants … autant de questions sans réponse.

 

(1) « Etat providence : Le ralentissement de la croissance, la montée du chômage et les difficultés de financement de la protection sociale remettent en cause son efficacité et son adaptation aux nouveaux besoins sociaux . » sic vie-publique.fr
Publicités

A propos Le Haut Parleur

Ce site communautaire est un site d’entre-aide, un site d’information citoyenne, un forum de communication où l’on trouvera les informations sur l'actualité / des conseils / bons plans, ...
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Montmorency – Les migrants

  1. vernier dit :

    inadmissible cela va nous couter très cher. Nous n’en n’avons pas les moyens. Montmorency a déjà perdu la sous-préfecture au détriment de sarcelles, le haut de montmorency est saturé au niveau social. Les locaux de la sous-préfecture sont vides depuis plusieurs années combien celà coute-t-il au contribuable???
    Pas d’accord pour les migrants sans savoir ce qu’ils vont devenir, logement, travail, assurances sociales.

    • Le Haut dit :

      Merci de votre commentaire.
      – Les locaux de la sous-préfecture sont la propriété du Conseil Départemental. Ils présentent un problème grave d’amiante ce qui les rend actuellement inutilisables.
      – La ville doit prendre en compte une attribution sociale à chaque construction d’immeubles. Ce qui est le cas pour tous les chantiers actuellement en cours dans la commune.
      – L’accueil d’émigrés soulèvent les questions que vous notes dans votre commentaire. Sachant que de toute manière c’est le contribuable qui assumera in fine la facture.

  2. PAS CHARLIE dit :

    Lettre ouverte à un réfugié
    by voixdupeuple

    Salut,
    Je t’ai vu à la télévision dimanche soir. Tu débarquais triomphant de ton bateau pneumatique sur cette île. Je t’ai entendu jubiler, que tu avais 20 ans, que tu étais chrétien et que tu fuyais la guerre.
    Les médias occidentaux, gangrénés par des journaleux gauchisants ne savent plus quoi faire pour essayer de nous culpabiliser. J’avouerai que ces images et ton discours m’ont mis mal-à-l’aise. Alors j’ai réfléchi. Ce que j’ai à te dire ne va pas te plaire. Ça ne plaira pas non plus à tous ces humanitaires, ces comités de soutien et ces ONG qui t’utilisent comme matière première de leur petit business.
    Si toi qui as 20 ans refuse de te battre pour ton pays, qui va le faire?
    Je vais faciliter ta réponse. Il te suffira d’évoquer les points Godwin pour me discréditer. Tant pis, les leçons de l’histoire seules peuvent nous éviter de refaire indéfiniment les mêmes erreurs. Il y a 71 ans, l’Europe a connu un autre débarquement. Des gamins de 20 ans comme toi sont venus par milliers.
    Pas pour nous envahir mais pour nous libérer. Pas pour lâchement sauver leur cul, mais pour se battre. Ils sont morts pour des idées, pour un rêve de liberté, dans un pays qui n’était même pas le leur. Parce que c’était des hommes de devoir et qu’il fallait le faire.
    Je ne dis pas qu’ils sont morts en héros. La mort n’est jamais belle. Certains ont atrocement souffert, d’autres sont morts comme des chiens. Mais ils l’ont fait.
    Tu commences à comprendre où je veux en venir? Je sais bien qu’il y a des perspectives plus réjouissantes que de devoir prendre les armes et se battre. Le politiquement correct et la bien-pensance dominante font que l’on glorifie désormais les fuyard et les déserteurs. Sache qu’il y a encore dans cette Europe de sans-couilles quelques hommes d’honneur, quelques patriotes, – estampillés vieux cons rétrogrades par toute la frange des fiottes qui te soutiennent -, pour qui tu n’es qu’un lâche.
    Tu n’as pas de courage, tu n’as pas d’honneur, tu n’as plus de pays. Je ne te méprise pas, tu n’en vaut pas la peine.
    Tu as réussis à escroquer tes parents pour avoir de quoi payer les passeurs, tu continueras à vivre en parasite puisque c’est comme ça que ça fonctionne et que c’est l’idéal qu’on t’a qu’on t’a fait miroiter.
    Il y a cette autre question qui découle de la première et qui entretient mon malaise. Si tu n’aimes pas assez ton pays pour te battre pour lui, que viens-tu faire chez moi? Ne me dis pas que tu vas aimer ma patrie comme la tienne: tu viens de lui tourner le dos. Au moindre problème tu reprendras ta route. Je sais que je ne peux pas compter sur toi.
    Je suis un sale con nationaliste. Mes propos puent l’extrême-droite. On m’accusera d’être xénophobe, que mes propos sécrètent de la haine. Tes nouveaux petits copains médiatico-humanitaro-donneurs de leçons ne vont pas me louper.
    Tu peux me haïr, c’est facile. Mais sache une chose: dans 30 ans, quand tu regarderas en arrière et que tu verras ce gosse de 20 ans qui a refusé de se battre, tu te détesteras. Tu comprendras ce que je voulais dire. Mais il sera trop tard.
    Tant pis pour toi.
    Jeferson,
    Août 2015

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s