Culture et Traditions

– Traditions de Pâques

Publicités

3 commentaires pour Culture et Traditions

  1. Bernard DUBOIS dit :

    LA JOURNEE NATIONALE DE LA DEPORTATION

    Quelques années après la fin de la Seconde Guerre mondiale ( 1939-1945 ) , la Républque française décide d’honorer la mémoire des victimes de la déportation, en particulier des déportés de France dans les camps de concentration ou d’extermination .
    Depuis l’adoption de la loi du 14 avril 1954 , LE DERNIER DIMANCHE D’AVRIL est consacré

     » Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation « .

    Sitôt arrivés au pouvoir en janvier 1933 , Adolf Hitler et les nazis créent les premiers camps de concentration en Allemagne . Dachau est ainsi ouvert le 21 mars 1933 . Y sont internés les opposants au régime , les  » associaux « , tous ceux qui n’entrent pas dans les normes du national-socialisme .
    Avec l’expansion allemande en Europe puis la seconde guerre mondiale , le système concentrationnaire prend une autre dimension . A partir de 1941 , il s’intègre , en outre , dans la mise en place de la  » solution finale de la question juive  » . Les camps se multiplient, y compris dans les territoires annexés ou occupés : Mauthausen en Autriche , Auschwitz en Pologne, Natzweller ( Struthof ) en France .
    Le nombre de déportés de France dans les camps de concentration ou d’extermination nazis au cours de la seconde guerre mondiale est estimé à plus de 150 000 , dont 80 000 victimes de mesures de répression ( principalement des politiques et des résistants ) et 75 000 juifs , victimes de persécution touchant également les Tsiganes . Au total , disparaissent plus de 100 000 déportés partis de France .
    Avec la libération des camps , puis le retour des premiers survivants , le monde entier mesurera l’ampleur de la déportation et de son horreur .
    Pour maintenir présent le souvenir de leurs camarades morts en déportation , les associations de déportés créent des lieus de mémoire , comme à Paris , le monument du souvenir de la synagogue de la rue de la Victoire ( inauguré le 27 février 1949 ) ou la chapelle des déportés , en l’église Saint-Roch ( inaugurée le 21 novembre 1953 ) autour desquels elles organisent des commémorations spécifiques .
    D’autre part , des délégations d’anciens déportés sont présentes aux côtés d’anciens combattants dans les cérémonies officielles commémorant les Première et Seconde Guerres mondiales .
    Dès le début des années cinquante , les anciens déportés et les familles de disparus expriment le souhait de voir inscrite , dans le calendrier des commémorations nationales , une date réservée au souvenir de la déportation . Le choix du dernier dimanche d’avril est retenu , en raison de la proximité avec l’anniversaire de la libération de la plupart des camps , sans se confondre avec aucune fête ou célébration , nationale ou religieuse existante .
    Pour ses initiateurs , la journée nationale de la déportation répond à deux exigences :
    1/ elle rappelle à tous ce drame historique majeur comme les leçons qui s’en dégagent . Selon les termes de l’exposé des motifs de la loi , pour que de tels faits ne se reproduisent plus , il importe de ne pas laisser sombrer dans l’oubli les souvenirs et les enseignements d’une telle « expérience » , ni l’atroce et scientifique anéantissement de millions d’innocents , ni les gestes héroïques d’un grand nombre parmi cette masse humaine soumise aux tortures de la faim , du froid , de la vermine , de travaux épuisants et de sadiques représailles , non plus que la cruauté réfléchie des bourreaux .
    2/ Par cette célébration , la nation honore la mémoire de TOUS les déportés – y compris ceux victimes des déportations en Indochine du fait de l’impérialisme japonais – survivants ou disparus , pour rendre hommage à leur sacrifice .

  2. Bernard DUBOIS dit :

    10 mai – L’ABOLITION de l’esclavage est commémorée

    C’est un temps fort pour les descendants d’esclaves et pour la France . Le 10 mai est la journée nationale commémorant l’abolition de l’esclavage , de ses victimes et de la traite des Noirs .
    La date de la commémoration correspond à l’adoption par le Parlement , le 10 mai 2001 , de la loi TAUBIRA reconnaissant comme crimes contre l’humanité  » la traite négrière transatlantique et l’esclavage » . Il ne s’agit pas d’en avoir une approche simplement morale , mais économique , sociale et politique .
    Le commerce français des XVIIe et XVIIIe siécles a largement « bénéficié » du marché aux esclaves . On estime entre 12 et 15 millions le nombre de Noirs déportés vers les Amériques ; 3,5 millions n’ont pas survécu au trajet à fond de cale dans un navire . Pour TOUS c’était un voyage sans retour .
    Plus de cent soixante ans après la publication du décret Victor Schoelcher abolissant l’esclavage dans les colonies françaises ( 1848 ) , le crime est enfin reconnu .
    C’est en 1794 que la République proclame la liberté UNIVERSELLE ( convention de l’an II ) après une révolte dans l’île de Saint-Domingue en octobre 1790 .
    L’île de Saint – Domingue envoie à Paris , à la Convention ,un député blanc Louis-Pierre DUFAY , un mûlatre libre Jean-Baptiste MILLS et un ancien esclave noir , Jean-Baptiste BELLEY .Les trois députés se présentent à la Convention le 15 pluviôse an II ( 3 février 1794 ) , mais ils sont écroués sous l’instigation de colons et inculpés d’intelligence avec les Girondins . Libérés , ils sont admis à siéger à la Convention car ils représentent aux yeux de l’assemblée l’association de trois couleurs , le blanc, le rouge et le noir , ils recoivent l’accolade du Président VALADIER .
    DANTON ayant défendu , sous les applaudissements , l’extension au Nouveau Monde de la « liberté universelle » , le texte rédigé par LACROIX abolissant l’esclavage est voté par acclamation par la Convention ce qui donne satisfaction à Toussaint LOUVERTURE le chef des esclaves noirs insurgés .
    Hélas pour la France , le 20 mai 1802 ( 30 Floréal an X ) BONAPARTE , Premier Consul , rétablit l’esclavage et la traite des Noirs .La loi dit dans son article 1er que  » l’esclavage est maintenu conformément aux lois et règlement en vigueur avant 1789″ et dans son article 3 , que  » la traite des noirs aurait lieu aussi conformément aux lois et règlements existant avant ladite époque de 1789″ – application du Code noir –
    C’est donc 46 ans après cette loi honteuse de BONAPARTE , en 1848 , que la France abolira enfin l’esclavage et c’est le 4 novembre 1848 que l’abolition de l’esclavage est inscrit dans la Constitution
    ( article 6 )  » L’esclavage ne peut exister sur aucune terre française « .

  3. Bernard DUBOIS dit :

    Massacres de Sétif , en Algérie , l’autre 8 mai 1945 ………

    Sétif, Guelma , Khératta , trois noms de villes algériennes associées , pour des massacres perpétrés le 8 mai 1945 et les jours qui ont suivi .
    Pendant la seconde Guerre mondiale , des dizaines de milliers de « tirailleurs » algériens , marocains , sénégalais , malgaches …… ont été enrolés dans l’armée française pour libérer la France , pour la défense de la liberté . C’est sur cette base que beaucoup ont accepté de se battre , très souvent aux avant-postes .
    Avec la signature de la capitulation allemande , dans les esprits , était né un espoir fou d’avoir enfin de nouveaux droits , bafoués durant toutes ces années de colonialisme .
    La liesse qui s’était emparée des Français en métropole ,est identique lorsque les Algériens rentrent dans leurs « bleds » ; ils veulent aussi manifester ce qu’ils croient être une ouverture vers une reconnaissance d’une citoyenneté à part égale .
    Le mouvement nationaliste mené par Messali HADJ , en particulier ,,avait grandi dans les esprits . A Sétif , la ville de Farath ABBAS ( pharmacien ) , un grand défilé est programmé , avec , à la tête du cortège , un groupe important de jeunes  » scouts musulmans  » . Le jeune Bouazid SAAL , sort un drapeau algérien , un policier l’abattra , provoquant une révolte . Une centaine d’européen en seront victimes .
    Une répression féroce s’abattit sur toute la région , surtout à Sétif et les environs , mais aussi autour de Khérata et de Guelma . Ce seront autour de 40 000 victimes . C’est un chiffre considérable , contesté , invérifiable puisque les populations n’étaient pas recensées , et que de nombreuses disparitions , exécutions ne trouvent aucune trace officielle . De nombreux cadavres ont été incinérés dans les FOURS à CHAUX de Guelma .
    Des Algériens parlent de génocide , d’après les définitions internationales , l’expression ne convient pas , même si l’on peut considérer qu’il s’agit bien d’un CRIME D’ETAT , d’un CRIME CONTRE L’HUMANITE qui n’a jamais été reconnu ni condamné . L’ ambassadeur de France en Algérie , et le propos a été repris par le ministre des affaires étrangères de l’époque , a déclaré en 2005 , quelques semaines avant le 60 ème anniversaire , qu’il s’agissait  » d’une tragédie inexcusable  » . C’ est un premier pas de reconnaissance de la part des autorités officielles françaises de la responsabilité de la France .
    Cette répression sanglante , a certes stoppé , à ce moment là les mouvements d’expression publique de la revendication D’INDEPENDANCE , mais la rancoeur et l’humiliation subie , enfouie ressurgiront . Comme le général chargé de diriger la répression , le dira :  » je vous ai redonné la paix pour dix ans  » , cette prédiction , s’avèrera JUSTE , puisque 9 ans plus tard , c’était le début de la guerre d’ indépendance qui se déclenchera . Oui , nous pouvons dire : les massacres de Sétif sont , de fait , les prémices de la guerre d’Algérie .

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s