Le gouvernement ou l’apprenti sorcier !

C’est très dangereux d’être apprenti sorcier, car ce dernier expose le quidam à une mort programmée. 

Quant au sort final de cet apprenti, nous vous renvoyons à l’extrait fabuleux du film de Walt Disney, que vous pourrez visualiser à la fin de cet article.

L’Incendie de l’usine Lubrizol à Rouen a eu lieu le  dans une usine de produits chimiques de la société Lubrizol classée Seveso II seuil haut (« à haut risque ») .

Cette usine synthétise et stocke des produits chimiques (phosphorés et organosulfurés) destinés à être utilisés comme additifs pour lubrifiants.

A ce jour, les analyses réalisées dès après le sinistre ont porté notamment sur d’éventuelles concentrations dans l’air d’oxyde d’azote et de soufre, de monoxyde de carbone et d’hydrogène sulfuré.

Déclaration de Mr Christophe Castaner sur France 3 – le 26 Septembre  2019:

C’est très sublime Monsieur Castagner, un exercice de style superbe :

 » il n y’ a pas de dangerosités particulières, même si l’inhalation des fumées présente en soi  sa dangerosité  » … 

Même ceux derrière lui ne semblent pas y croire .. regardez , consternés par les explications de Castaner, ou prêts à prendre la poudre d’escampette  … au fait dangereux « l’escampette »  ?  Castaner , le petit chimiste en herbe nous rassure : non . la poudre d’escampette étant une poudre purgative. Ouf !

Revenons à nos propos :

Beaucoup plus dangereux ont été  les émanations de gaz. 

Aujourd’hui, soit presque 5 jours après l’accident, on nous dit :

« les autorités concentrent leurs efforts sur des fûts de produits endommagés par l’incendie, à proximité des hangars, renfermant un « produit qui, lorsqu’il s’échauffe, peut produire du mercaptan »

et ce soir ( Mardi 1er Octobre )  à 20 h 10 :

La liste des produits qui ont brûlé dans l’incendie vient d’être publiée par la préfecture de la Seine-Maritime, sur son site internet, conformément à la promesse faite par le Premier ministre Édouard Philippe mardi devant l’Assemblée nationale.

5 253 tonnes de produits ont été détruits dans le sinistre, précisent les autorités. dont plus de 60% d’ »additifs multi-usages. »Tous les produits ne sont pas dangereux. La dangerosité dépend de la quantité présente, du devenir des molécules après avoir brûlé et de la manière dont on est exposé (contact cutané, inhalation, ingestion) », est-il précisé sur un des documents publiés, accompagnant la liste des produits incendiés.

Un rappel pour ces responsables à tous les niveaux , et comme le disait le regretté Georges Brassens    » Pauvre de moi », voilà le produit qui pourrait être incrimé:

 

Le mercaptan

 

Le mercaptan, un gaz toxique à fortes doses

Le mercaptan est un gaz nauséabond couramment utilisé pour « parfumer » le gaz de ville, inodore, afin de repérer les fuites et éviter ainsi les accidents.

Dans l'usine de Lubrizol, le 22 janvier.

Le mercaptan, qui s’est échappé d’une usine chimique du groupe Lubrizol à Rouen, est un gaz nauséabond couramment utilisé pour « parfumer » le gaz de ville, inodore, afin de repérer les fuites et éviter ainsi les accidents.

Le nom chimique de ce gaz est méthanethiol (formule CH3-SH) et il entre également dans la fabrication de produits phytosanitaires, d’antioxydants, etc., précise l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) sur la fiche toxicologique consacrée à cette substance.

Produit à l’état naturel lorsque les matières organiques se décomposent, dans les marais, les égouts et même lors de la digestion, il dégage une « odeur caractéristique » de putréfaction « qui est ressentie par les individus à de très faibles concentrations ». « Malgré une accoutumance de l’odorat, ceci permet souvent de prévenir les accidents », souligne l’INRS.

CLASSÉ COMME « TOXIQUE »

Le méthanetiol est cependant un produit classé officiellement comme « toxique par inhalation » et « dangereux pour l’environnement ». Selon l’INRS, des cas d’intoxication aiguë ont été rapportés chez des travailleurs directement exposés à l’inhalation de méthanetiol, se traduisant par une irritation pulmonaire, des nausées, des vomissements et diarrhées, voire des troubles de conscience et de la respiration pour les plus graves.

A faible concentration, les manifestations chroniques sont essentiellement l’irritation des yeux, des muqueuses respiratoires et de la peau, précise la fiche de l’Institut. « L’accidentologie du mercaptan inventoriée dans la base de données ARIA fait état de 51 accidents en France entre 1988 et 2013. Le dernier en date dans cette même usine de Rouen le 22 janvier 2013. Les fuites proviennent souvent de wagons-citernes. Le 8 avril 1970, trois cheminots sont morts à Lacq à côté d’un wagon [d’où s’échappait du] mercaptan ».

Mesdames , Messieurs  celui qui dirige ce pays  est il un apprenti sorcier ? Un jeu dangereux !

 

Publicités

A propos Le Haut Parleur

Ce site communautaire est un site d’entre-aide, un site d’information citoyenne, un forum de communication où l’on trouvera les informations sur l'actualité / des conseils / bons plans, ...
Cet article, publié dans Information Générale, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.