Marlène Schiappa : serait elle mythomane ?

Marlène Schiappa menacée de mort par des Gilets jaunes : sa version remise en cause

Il y a quelques jours, Marlène Schiappa avait poussé un vif coup de gueule sur les réseaux sociaux après avoir, selon ses dires, été menacée de mort par des Gilets jaunes. Sauf que sa version des faits vient d’être grandement remise en cause.

La colère des Gilets jaunes ne désemplit pas. Depuis le 17 novembre dernier, les partisans du mouvement se réunissent chaque samedi pour protester contre la politique d’Emmanuel Macron. Et si le Président et sa première dame de 66 ans sont dans leur viseur, ils ne sont manifestement pas les seuls.

Dans la nuit de ce vendredi à ce samedi 25 mai, Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, aurait été menacée de mort par un groupe de manifestants.

Dans un long message publié sur sa page Facebook, l’épouse de Cédric Bruguière avait déploré : « Les enfants tirées du sommeil se sont levées en pleurant et criant et sont venues en courant car je vous laisse imaginer l’effet sur des enfants endormis des bruits de détonation couplés aux bruits de frappe sur les portes et fenêtres et ‘Schiappa, on est venu te crever !‘ assimilés adressés à leur mère. » Sauf qu’à en croire le rapport de police, que nos confrères du Point ont pu se procurer, la proche d’Emmanuel Macron aurait quelque peu exagéré les faits.

Marlène Schiappa : le rapport de police dément sa version des faits

Selon l’enquête menée par les forces de l’ordre, les Gilets jaunes se seraient positionnés devant le domicile de Marlène Schiappa aux alentours de 0h25, avant de repartir seulement neuf minutes plus tard. Pendant ce laps de temps, ils auraient certes grossièrement insulté la femme politique de 36 ans – « Sal**e, sors de là », auraient-ils notamment scandé -, mais n’auraient jamais réellement formulé de menaces de mort. Malgré de vives insultes entendues, Le Point l’affirme : il lui sera difficile de « convaincre un tribunal qu’elles peuvent être comprises comme une menace. » Et force est de constater que ce n’est pas le seul point sur lequel Marlène Schiappa s’est permis quelques exagérations narratives.

Alors qu’elle avait déclaré sur Facebook que sa porte d’entrée avait été décorée d’une « affiche anti-capitaliste, anti-police et anti-ordre », les dégâts constatés par les policiers seraient en réalité beaucoup moins importants.

Comme le rapporte Le Point, seuls deux tags « GJ » et « Gilets Jaunes 72 »auraient été inscrits aux alentours du domicile de la secrétaire d’Etat. Une réalité bien loin du compte-rendu alarmant que la proche d’Emmanuel Macron avait donné sur les réseaux sociaux.

 

Publicités

A propos Le Haut Parleur

Ce site communautaire est un site d’entre-aide, un site d’information citoyenne, un forum de communication où l’on trouvera les informations sur l'actualité / des conseils / bons plans, ...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.