Nouvelles régions : les 13 chefs-lieux dévoilés

107045pEurope 1 révèle les 13 chefs-lieux des nouvelles régions choisis par le gouvernement. Cette liste va prochainement être présentée en conseil des ministres.

C’est un document exclusif dévoilé par Europe 1 ce lundi matin. La radio présente les villes choisies par le gouvernement pour être les capitales des futurs départements, qui sont désormais 13 depuis la réforme territoriale (contre 22 auparavant). Une liste de villes qui devrait, toujours selon Europe 1, être présentée en conseil des ministres d’ici à la fin du mois d’avril. L’enjeu est de taille pour les capitales régionales : outre le prestige, la question économique est également cruciale. Etre une capitale régionale permet en effet de générer de l’activité, en attirant notamment de nombreux fonctionnaires et des professionnels hautement qualifiés. Premier constat : dans la région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, où un arbitrage difficile devait être effectué, Montpellier apparaît comme la principale perdante, puisque c’est Toulouse qui lui aurait été préférée.

Parmi les autres déçus, citons également Amiens, dans la région Nord/Pas-de-Calais/Picardie, qui est supplantée par Lille ; Clermont-Ferrand, qui n’est pas en mesure de contester le rayonnement de Lyon en Auvergne/Rhônes-Alpes ; Besançon, qui ne fait pas le poids face à Dijon en Bourgogne/Franche-Comté. De même, Poitiers ne pourra pas lutter contre Bordeaux en Aquitaine/Limousin/Poitou-Charentes. En Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne, la ville de Strasbourg a été choisie mais cela ne constitue pas une surprise car le gouvernement avait fait savoir qu’il ne voulait pas fragiliser son statut européen. En Normandie, le gouvernement aurait opté pour une solution hybride. Caen, capitale historique et économique, devrait devenir la préfecture des Normandies réunies (Haute et Basse) mais Rouen, portée notamment par l’intense lobbying du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, devrait en échange accueillir le conseil régional. Une compensation, note Europe 1, qui pourrait également être appliquée dans d’autres régions pour calmer les frustrations. Les élus locaux ont jusqu’au mois de juillet pour contester les arbitrages gouvernementaux. Mais, comme le rappelle la radio, c’est l’Etat qui, au final, tranchera.

Les chefs-lieux choisis par le gouvernement :

Nord/Pas-de-Calais/Picardie : Lille
Normandie : Caen (mais conseil régional hébergé par Rouen)
Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne : Strasbourg
Ile-de-France : Paris
Centre : Orléans
Bourgogne/Franche-Comté : Dijon
Auvergne/Rhônes-Alpes : Lyon
Bretagne : Rennes
Pays-de-la-Loire : Nantes
Aquitaine/Limousin/Poitou-Charentes : Bordeaux
Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées : Toulouse
Provences-Alpes-Côte d’Azur : Marseille
Corse : Ajaccio

La colère des Alsaciens contre la réforme territoriale ne faiblit pas. Leur région devrait être rattachée à la Lorraine et la Champagne-Ardenne. Une pétition lancée en janvier dernier pour que soit organisé un référendum sur la question a recueilli 110 000 signatures à ce jour. Mais cette initiative n’y changera rien. Il n’y a pas assez de signatures pour que le Conseil général prenne le cas en considération.

 

Source L'internaute
Publicités

A propos Le Haut Parleur

Ce site communautaire est un site d’entre-aide, un site d’information citoyenne, un forum de communication où l’on trouvera les informations sur l'actualité / des conseils / bons plans, ...
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s