Achèterez-vous le prochain numéro de « Charlie Hebdo » ?

Le journal satirique tient tête aux terroristes.

Il publie mercredi, en une, un dessin de Luz montrant le prophète Mahomet qui proclame : « Je suis Charlie ».

Soutenu par des millions de manifestants à travers le monde, Charlie Hebdo défend ce mercredi 14 Janvier sa liberté d’expression.

Le journal satirique publie en une un dessin signé Luz représentant le prophète Mahomet, une larme à l’œil, tenant une pancarte « Je suis Charlie« .

Malgré l’attentat qui à décimé une partie de sa rédaction, Charlie Hebdo maintient sa ligne éditoriale et son droit au blasphème, au risque de déplaire une nouvelle fois à certains musulmans.

Le prochain numéro sera imprimé et publié à 3 millions d’exemplaires, contre 60 000 habituellement. Toute la recette du premier million sera versée à Charlie Hebdo, en grandes difficultés financières, car le réseau de distribution a accepté de travailler gratuitement.

Il faudra vous lever tôt mercredi pour obtenir le numéro historique. Si vous n’êtes pas abonné ou si vous ne l’avez pas réservé chez votre marchand de journaux, la quête du journal risque d’être compliquée.

Votez, réagissez, commentez sur le blog. 

B7LmHtHCIAIyExcMais déjà la polémique contre cette une :

A l’international la condamnation est très sévère. L’instance représentant l’islam en Egypte, Dar Al-Ifta, a publié un communiqué de mise en garde ce mardi après-midi :

« Cette édition entraînera une nouvelle vague de haine dans les sociétés française et occidentales, et ce que le magazine fait ne sert pas la co-existence et le dialogue culturel auxquels les musulmans aspirent », ajoutant « Cette action est une provocation injustifiée pour les sentiments d’1,5 milliard de musulmans à travers le monde ».

Caricature – Blaspheme
Le débat sur le droit à la caricature du prophète et du blasphème de manière plus générale devrait donc à nouveau s’ouvrir ces prochains jours. Contrairement à ce que pourrait laisser penser la mobilisation de ces derniers jours et le succès du slogan « Je suis Charlie », le soutien à la ligne éditoriale de l’hebdomadaire n’est pas unanime et totale en France.

Ne pas adhérer à la ligne éditoriale de Charlie Hebdo
Sur son blog, le journaliste belge Marcel Sel écrit : « Tu n’écriras pas ‘Je suis Charlie’. Tu as critiqué le journal par le passé. Tu assumes. » Un argument que partagent également d’autres journalistes.

A lire aussi : visions divergentes sur Charlie Hebdo.

Adepte de la provocation, Charlie Hebdo s’attaque volontiers aux religieux sans jamais être condamné, ce que Marcel Sel déplore. « Tu n’as pas compris qu’on ne le condamnât pas pour deux caricatures en particulier qui te semblaient faire l’amalgame entre musulmans et terroristes », écrit-il.
Un art de jouer avec la corde sensible qui provoque un certain malaise, notamment dans les pays à majorité musulmane mais aussi au Royaume-Uni et aux Etats-Unis victimes du terrorisme islamiste.
Dans le New-Yorker, l’écrivain nigérian-américian Teju Cole écrit : « Ce n’est pas parce qu’on condamne leur odieux assassinat qu’on doit embrasser leur idéologie. »
Pour le plus grand nombre des « Je ne suis pas Charlie », la satire a des limites. Selon le Guardian  » le soutien au droit inaliénable d’une publication de suivre ses propres jugements éditoriaux n’oblige pas à faire écho à ces jugements » face aux caricatures des dessinateurs de Charlie Hebdo relayées par d’autres médias.

Source Internaute

 

 

 

Publicités

A propos Le Haut Parleur

Ce site communautaire est un site d’entre-aide, un site d’information citoyenne, un forum de communication où l’on trouvera les informations sur l'actualité / des conseils / bons plans, ...
Cet article, publié dans Information Générale, politique, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.