ORDRE DE MOBILISATION GÉNÉRALE DU 2 AOÛT 1914

06-505615-recadreLe samedi 1er août 1914, à 4 heures de l’après-midi, tous les clochers de France font entendre un sinistre tocsin.

C’est la mobilisation générale.

En milieu d’après-midi, le tocsin alerte les populations qui découvrent cette affiche : le président de la République, par décret, ordonne la mobilisation générale, que mettent en œuvre les ministres de la Guerre et de la Marine (l’armée de l’air n’existe pas encore). L’affiche, d’un type imprimé en 1904, est complétée de la date effective, puis placardée par la gendarmerie. Chaque réserviste sait, en consultant son livret individuel de mobilisation, le lieu et le jour auxquels il doit répondre à l’appel.

Le même jour, l’Allemagne, avec une longueur d’avance, déclare la guerre à la Russie.

Ces événements font suite à l’assassinat d’un archiduc autrichien à Sarajevo, un mois plus tôt, le 28 juin 1914.

Cette guerre (que chacun espère courte… et victorieuse !) est le résultat de quelques folles journées de surenchères diplomatiques et militaires.

Mobilisations en cascade

Le 28 juillet, l’Autriche-Hongrie a déclaré la guerre à la Serbie et l’a aussitôt envahie. La Russie s’est émue de l’attaque d’un pays ami. Elle a obtenu de l’ambassadeur de France l’assurance que Paris serait solidaire de Saint-Pétersbourg en cas de conflit.

Unknown-2Cependant qu’à Paris, les journaux sont accaparés par le procès d’Henriette Caillaux, le 30 juillet, le tsar Nicolas II décrète la mobilisation générale au nom de la solidarité slave, suite au bombardement d’une forteresse des environs de Belgrade par les Austro-Hongrois.

À Paris, au café du Croissant, le 31 juillet, un déséquilibré assassine Jean Jaurès. Le leader respecté des socialistes et Joseph Caillaux étaient dans la classe politique française les derniers partisans de la paix ; le premier par humanité, le second par raison.

On peut dire que trois coups de revolver, ceux de Princip à Sarajevo, Henriette Caillaux et Villain à Paris auront eu raison de la paix mondiale !

Le même jour, l’Allemagne somme la Russie d’arrêter sa mobilisation et adresse un ultimatum à la France qui la soutient.

Le 1er août, à Berlin, le chancelier Bethmann-Hollweg, alarmé par la mobilisation russe, se laisse convaincre par son chef d’état-major, le général Helmut von Moltke, et par son ministre de la Guerre, le général Erich von Falkenhayn, de déclarer la guerre au tsar. Les Allemands veulent croire que les Britanniques, jusque-là silencieux (hélas), resteront à l’écart du conflit.

Le même jour, le président de la République française Raymond Poincaré décrète la mobilisation générale. À quatre heures de l’après-midi, tous les clochers de France font entendre le sinistre tocsin. La Grande Guerre commence.

UnknownSi quelques jeunes bourgeois et intellectuels de droite comme de gauche se laissent prendre à la frénésie nationaliste, il n’en va pas de même de la grande majorité des appelés. La plupart partent avec sérieux et détermination, sans manifestation de joie incongrue.

On appelle mobilisation l’ensemble des opérations qui permettent à l’armée de passer de son organisation et de ses effectifs de temps de paix, à ceux du temps de guerre. Il faut rappeler les réservistes, rassembler le matériel nécessaire à l’entrée en campagne et disposer d’une logistique performante afin d’acheminer, en bon ordre, troupes et équipements vers les lieux de concentration selon les plan prévus.

Aout14En 1914, l’armée française compte 880 000 hommes. La mobilisation, en comptant les réservistes, doit porter ce nombre à 3 580 000. Mise à part la Grande-Bretagne, les grands États européens disposent tous d’une armée nationale numériquement très imposante, recrutée et formée par l’intermédiaire du service militaire obligatoire pour les hommes.

L’exercice est très complexe et doit être minutieusement préparé, notamment sur le plan des transports, avec l’organisation des chemins de fer. En 1870, la France, mal préparée, a raté sa mobilisation. Celle de 1914, d’une ampleur bien plus importante, a été réussie.

Source Herodote
Publicités

A propos Le Haut Parleur

Ce site communautaire est un site d’entre-aide, un site d’information citoyenne, un forum de communication où l’on trouvera les informations sur l'actualité / des conseils / bons plans, ...
Cet article, publié dans culture, Histoire, Information Générale, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour ORDRE DE MOBILISATION GÉNÉRALE DU 2 AOÛT 1914

  1. LAPORTE dit :

    petite anecdote : l’Armée de l’Air à cette époque n’existait pas, d’où la mention Armée de terre et de mer….Après les exploits de Blériot et Roland Garros dans les années 1910-1912 Un peu plus tard devaient s’illustrer les Guynemer (sa première victoire le 21 juillet 1915) et l’Allemand Richthofen (plus de 80 victoires)… mais l’Armée de l’Air n’a aucune existence officielle, elle le deviendra qu’en date du 2 juillet 1934…! Si vous êtes passionné d’aviation et que vous pilotez ou non, junior ou senior, rejoignez l’association de Vieilles Tiges d’hier et de demain en me téléphonant : 06 82 82 10 94. Philippe LAPORTE

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s