Il y a 200 ans – Si l’histoire pouvait se renouveler.

adieuxdefontainebleau

6 avril 1814

Abdication de Napoléon 1er

Le 3 avril, le Sénat, habilement manoeuvré par Talleyrand, prononce la déchéance de l’empereur, «coupable d’avoir violé son serment  et attenté aux droits des peuples en levant des hommes et des impôts contrairement aux institutions».

De son côté, l’empereur, apprenant la reddition de Paris, se détourne sur Fontainebleau avec les 60.000 hommes qui lui restent. Là, ses plus fidèles compagnons, les maréchaux Ney, Berthier et Lefebvre, le pressent d’abdiquer en faveur de son fils, le roi de Rome. Il s’exécute le 4 avril. Le tsar, consulté, ne s’opposerait pas à une régence.

Mais voilà que l’on apprend la défection des troupes du maréchal Marmont, duc de Raguse, avec 10.000 hommes sous ses ordres. L’homme se montre prêt à capituler sans en référer à l’empereur. Le tsar, voyant qu’il n’y a plus rien à craindre de Napoléon, exige dès lors une abdication sans conditions et se laisse convaincre par Talleyrand de restaurer la dynastie des Bourbons, en la personne de Louis XVIII, frère cadet de feu Louis XVI.

Acculé par ses propres maréchaux, l’empereur se résigne et signe l’acte d’abdication le 6 avril. Il se voit promettre en contrepartie la souveraineté sur l’île d’Elbe, une principauté italienne à la latitude de la Corse, ainsi qu’une pension de deux millions de francs par an versée par la France. Il conserve le titre d’empereur !

Cependant que les souverains alliés font, le 10 avril 1814, une entrée triomphale dans la capitale, le Sénat ne perd pas de temps. Il appelle au trône le frère du roi guillotiné, le comte de Provence devenu Louis XVIII (59 ans). C’est le «retour des lys» ! Louis XVIII, qui se fait appeler le Désiré (!), quitte sans attendre sa retraite anglaise de Hartwell et débarque à Calais. En route vers Paris, il publie le 2 mai à Saint-Ouen une déclaration dans laquelle il promet un gouvernement représentatif et le respect des acquis de la Révolution. Soulagement chez les Français de tous bords, désireux de retrouver enfin la paix.

UnknownLes adieux

À Fontainebleau, l’ex-empereur, confiné dans le château, attend en vain l’arrivée de sa femme Marie-Louise et de leur fils, mais ceux-ci ont déjà pris le chemin de l’Autriche. Ses proches et ses compagnons de combat le quittent en songeant à leur reconversion. Le fidèle Berthier s’occupe de transférer l’armée sous les ordres du gouvernement provisoire.

Résigné, Napoléon fait le 20 avril ses adieux à la Garde impériale dans la cour du Cheval Blanc, devant l’escalier monumental du château. Il baise avec émotion le drapeau que lui présentent les vieux grenadiers, la larme à l’oeil. Une image de plus pour la légende. C’est ensuite le voyage – discret – vers l’île d’Elbe.

Les «Cent-Jours»Waterloo et l’exil à Sainte-Hélène vont parfaire la légende napoléonienne.

abdication

 

Le 4 avril, à Fontainebleau – Extrait des Mémoires du Compte de Ségur, Campagne de France.

Le 4 avril, vers onze heures du matin, Ney, Berthier, Caulaincourt, Moncey, Le Duc de Bassano, et le Maréchal Lefebvre, étaient réunis dans la salle à manger de l’Empereur : Ils y attendaient ses ordres. Napoléon parut; sa figure était chargée de soucis. « Restez! » leur dit-il. d’une voix brève et encore impérieuse. Puis, sans proférer une parole de plus, il déjeuna précipitamment, rentra seul dans le salon, et y fit presque aussitôt appeler ces mêmes personnages, acteurs ou témoins, excepté le Duc de Vicence, de la scène décisive qui avait eu lieu la veille. Là, comme aux autres levers, on se rangea en cercle, debout, et dans une attitude immobile, attentive et silencieuse. L’Empereur, au contraire, dans une vive agitation, allait, venait à grands pas, ses regards fixé à terre, se débattant intérieurement contre la nécessité, et ne pouvant s’arracher à lui-même le cruel aveu de sa défaite ! 

Cette lutte muette était douloureuse, elle dura trois minutes. Enfin, relevant brusquement la tête, il parcourut des yeux ces grands officiers, évite ceux de Ney, s’arrêta devant le maréchal Moncey, et, regardant Caulaincourt: « Eh bien, oui, s’écria t’il avec effort, puisqu’ils ne veulent plus traiter avec moi, puisque ma résistance serait cause d’une guerre civile, je saurai me sacrifier au bonheur de la France: j’abdiquerai !  » 
A ces mots, Moncey se précipita, saisit la main, la baisa, et lui dit : » Ah ! sire, vous sauvez la France ! Recevez mon tribut d’admiration et de reconnaissance ! » puis, comme L’Empereur le regardait avec surprise, il ajouta :  » Ne vous y méprenez pas; c’est mon sentiment, Sire; mais ordonnez, et partout où vous le voudrez, je n’en suis pas moins prêt à vous suivre !  » Ce second mouvement, digne du coeur de Moncey, frappa moins l’Empereur que le premier cri de ce maréchal. Il appela Fain, reçut de sa main le projet d’abdications, et le remit au Duc de Vicence. 

Ce dernier lut alors, à haute voix, l’acte suivant : 

« Les puissances alliées ayant proclamé que l’Empereur Napoléon était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, l’Empereur Napoléon, fidèle à son serment, déclare qu’il est prêt à descendre du trône, à quitter la France, et même la vie, pour le bien de la Patrie, inséparable des droits de son Fils, de ceux de la Régence de l’Impératrice, et du maintient des lois de l’Empire » 

’Fait à Fontainebleau, le 4 avril 1814′

82f9f8b0

 

Source Hero.co
Publicités

A propos Le Haut Parleur

Ce site communautaire est un site d’entre-aide, un site d’information citoyenne, un forum de communication où l’on trouvera les informations sur l'actualité / des conseils / bons plans, ...
Cet article, publié dans Animation / Sport / Culture, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s