Les feux d’artifice ne sont pas sans danger pour la santé

Comme chaque année, la Fête nationale va attirer les foules à l’occasion des feux d’artifices des 13 et 14 juillet 2015. Si on pense davantage aux accidents et aux amputations liés aux spectacles pyrotechniques, un autre danger existe, lié à la pollution provoquée par la fumée.

1701405423905

Une hausse de 42% du niveau de particules fines dans l’air peut être observée dans l’heure qui suit un feu d’artifice.Une hausse de 42% du niveau de particules fines dans l’air peut être observée dans l’heure qui suit un feu d’artifice.

Pas de 14 juillet sans feux d’artifice. Comme tous les ans, les festivités vont attirer les foules. Et pourtant, ces spectacles pyrotechniques ne sont pas sans danger pour la santé. En cause ? L’augmentation du niveau de particules fines et de substances chimiques dans l’air, causée par la fumée des feux d’artifice, constate une étude américaine, parue début juillet dans la revue spécialisée Atmospheric Environment. Parmi les personnes les plus exposées, les asthmatiques, les personnes présentant des problèmes cardiaques, les personnes souffrant d’une maladie respiratoire chronique, les jeunes enfants et les personnes âgées. Des risques qui s’ajoutent à ceux qui concernent les personnes épileptiques, les explosions lumineuses pouvant causer le déclenchement d’une crise.

► Méthodologie : 315 sites analysés aux États-Unis
Les chercheurs ont analysé les données sur la qualité de l’air de 315 sites de feux d’artifices aux États-Unis entre 1999 et 2013. Ils ont contrôlé les niveaux de particules fines et de produits chimiques présents dans l’air avant, pendant et après le feu d’artifice du 4 juillet, le jour de la fête nationale célébrant l’indépendance des États-Unis.

► Ce que l’étude a montré : le niveau de particules fines dans l’air augmente de 42 %
L’équipe de scientifiques a observé une hausse de 42% du niveau de particules fines dans l’air au cours de l’heure qui suit le spectacle pyrotechnique par rapport aux autres jours de l’année. Le taux revient à la normale dès le lendemain à midi, soit 16 heures après le feu d’artifice. Or l’exposition à ces particules hautement cancérigènes augmente le risque de décès dans les jours qui suivent, comme l’a confirmé récemment une nouvelle étude française menée par des chercheur de l’Institut de veille sanitaire (InVS).

► Ce que cela va changer : des taux de particules supérieurs aux normes sanitaires
Les spectateurs qui se trouvent à proximité des feux d’artifices ou qui sont exposés aux fumées en raison du vent se retrouvent sans le savoir soumis à des niveaux de particules fines bien supérieurs aux normes sanitaires. Il est donc conseillé aux personnes souffrant de maladies cardiovasculaires ou respiratoires de prendre les précautions qui s’imposent. A commencer par s’installer dans un endroit qui n’est pas face au vent et suffisamment éloigné pour éviter le nuage de fumée.

 

Source metro news
Publicités

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s