L’étiopathie

etiopathie_
Née en 1973, l’étiopathie est une médecine manuelle qui part d’un diagnostic rigoureux, basé sur le suivi des phénomènes de compensation du corps pour remonter à la cause de la pathologie et s’y attaquer.

Issue des techniques ancestrales du reboutement, l’étiopathie est une médecine mécaniste qui s’appuie selon son inventeur Christian Trédaniel sur une méthode scientifique rigoureuse. Du grec aïtia (étio), cause, cette médecine cherche l’origine des douleurs afin de traiter les causes de la maladie et pas seulement ses symptômes. Pratique naturelle, sans prescription de médicaments ou d’infiltrations, elle utilise uniquement des manipulations articulaires, vertébrales et viscérales pour soigner, de façon souvent définitive, ses patients. C’est une autre manière de penser la maladie et les soins.
Dans le cas, par exemple, d’une maladie virale, la médecine classique va s’attacher à » tuer » le virus pour guérir le patient et dans ce but, lui faire absorber des substances chimiques qui certes le détruiront, mais bien souvent aussi, auront des effets secondaires.

etiopathieL’étiopathe, lui, va chercher à savoir pourquoi le virus s’est attaqué à tel ou tel organe du patient et dans la majorité des cas, il découvrira la présence d’une lésion qui aura favorisé son installation. Il lui suffira alors de réduire cette lésion pour que le virus s’en aille. Bien sûr, dans certaines pathologies aggravées, la manipulation étiopathique ne sera pas suffisante, mais dans la plupart des maladies courantes (angines, sinusites, maux de tête, otites, asthmes, zonas, problèmes digestifs, fibromes, cystites, sciatiques, etc.), l’étiopathie se montrera efficace, et ce, sans aucun effet secondaire. Bien souvent, le patient se trouvera définitivement débarrassé de la maladie chronique qu’il traînait depuis des années…
L’étiopathie distingue deux classes de phénomènes pathologiques : les dépendants et les indépendants. Les premiers sont des troubles organiques (fièvres, douleurs articulaires…) que le corps met en place dans le but de se défendre contre l’attaque des seconds (infection, lésion…). Ainsi, en soignant les phénomènes indépendants, on fait disparaître les phénomènes dépendants. L’étiopathe ne cherchera donc pas, avant tout, à faire disparaître la douleur manifeste (avec des calmants), mais la cause de celle-ci pour qu’elle n’aie plus aucune raison d’exister. Et pour ce faire, il n’utilisera rien d’autre que ses mains, après avoir établi un diagnostic précis grâce aux « suites étiopathiques » et à sa bonne connaissance du corps humain.

Les suites étiopathiques

Les suites étiopathiques, mises au point par les recherches de Christian Trédaniel (lire encadré), permettent de définir plus rapidement la cause du mal. C’est en observant que les mêmes effets sont souvent issus des mêmes causes, que les étiopathes ont réussi à établir ces suites, qui ne sont autres que l’enchaînement des troubles organiques ayant provoqué la pathologie pour laquelle le patient vient consulter. Par exemple, » les étiopathes ont constaté que dans 99 % des cas, les angines à récidive sont provoquées par un désordre articulaire de la colonne cervicale (les vertèbres du cou) qui, du fait de micro-déplacements anodins, modifie la circulation locale, irrite la gorge et favorise le développement des bactéries. En médecine classique, on soigne tout cela en tuant les bactéries… jusqu’à la prochaine fois. En étiopathie, après deux ou trois interventions, la remise en place du cou fait disparaître l’angine… définitivement « .
Une suite étiopathique est une sorte de schéma déroulé de la cascade d’événements provoquant les pathologies rencontrées. Suivre ce schéma permet à l’étiopathe « d’agir de façon précise sur les causes du mal et d’obtenir la guérison dans 90 % des cas « , explique Christian Trédaniel. Ainsi, outre les cours d’anatomie et de chimie, l’étudiant en étiopathie apprend ces suites et la méthode pour les analyser afin de devenir un bon mécanicien du corps humain sans laisser de place à l’intuition ou au diagnostic hasardeux.

Une médecine efficace

L’étiopathie soigne de manière efficace la plupart des troubles rhumathologiques (névralgies, lombalgies, sciatiques…) et les problèmes ORL et pneumologiques (sinusites, angines, asthme…). L’étiopathe obtient aussi d’excellents résultats en gastro-entérologie (hépatites, hernies, constipations, digestions difficiles…), en cardiologie (tachycardies, séquelles de maladies cardiaques…) et en gynécologie (fibromes, prolapsus…). Il traite également de nombreux autres troubles, tels que la dépression nerveuse, l’asthénie, les zonas, les migraines, les problèmes de sommeil, etc.
» Je crois qu’en recherchant les causes du mal ou de la pathologie existante, cette médecine conduit le patient à une plus grande conscience de son corps et des empreintes qu’il a conservées. « , nous explique Béatrice, 61 ans, qui souffrait des vertèbres depuis 15 à 20 ans, avant de voir ses douleurs s’atténuer, jusqu’à disparaître, après deux séances d’étiopathie. Suite à un coup du lapin qui remontait à 30 ans, elle n’arrivait pas à se débarrasser de douleurs plus ou moins violentes et constantes du dos. « Parfois, la douleur était si forte qu’elle me bloquait. J’ai vu de nombreux médecins. Si les séances de kinésithérapie me soulageaient pour un temps, ça ne durait pas. » Grâce à un ostéopathe, elle découvre qu’elle a un problème important de statique (poids du corps mal réparti sur ses deux pieds), qu’elle rectifie avec l’aide d’un podologue, mais ses douleurs dorsales ne la quittent pas pour autant. » Les thérapeutes que j’ai consultés étaient sérieux et efficaces, mais je crois que dans leur manière de penser la maladie, ils ne pouvaient pas aller aussi loin qu’un étiopathe dans la recherche de la cause de mon mal. Ces séances m’ont changée, mon étiopathe m’a conseillé de reprendre le sport, de refaire du mur d’escalade, car outre mon accident d’il y a 30 ans, la sédentarité ajoutée au stress professionnel provoque le tassement de mes vertèbres. Il faut que je bouge, que je réapprenne à respirer, que je me réapproprie mon corps. Et aujourd’hui, c’est possible, car la douleur a disparu. »

ethiopathie-Comment ça marche –Un diagnostic ultra précis

Il en va finalement du corps humain comme d’une automobile. Le corps est un “système” très complexe mais cette prodigieuse machine peut tomber en panne.

L’étiopathe, comme un “mécanicien”, va devoir procéder à une analyse rigoureuse et logique pour détecter l’origine de cette panne, c’est-à-dire la cause, sans la confondre avec les effets constatés.

Le praticien fait un “diagnostic étiopathique” relatif à la cause. Cette analyse est donc totalement différente du diagnostic médical. Après avoir identifié l’origine des lésions, l’étiopathe va pouvoir appliquer le geste manuel qui va permettre de l’éradiquer.

Comment la méthode peut-elle s’appliquer à des cas aussi différents ?

E partant le plus souvent d’un examen étiopathique, clinique, radiologique ou échographique. L’étiopathe tente d’identifier la dysharmonie qui engendre la douleur. D’abord, il la localise. Ensuite, il en recherche la cause, qui ne se trouve pas dans le corps du malade, mais ailleurs, dans l’espace universel, j’allais dire dans le Grand Tout. Par exemple, la hernie discale. Le dos est un système de muscles, de tendons, de ligaments, qui sont en équilibre. La pathologie apparaît au premier déséquilibre. La hernie n’est pas la cause, c’est la conséquence de ce déséquilibre qu’il faut identifier pour pouvoir la réduire.

UNE MÉTHODE SOUVENT PLUS EFFICACE
QUE LA MÉDECINE CLASSIQUE
Dans bon nombre de traitements, l’Étiopathie se révèle plus efficace que la médecine classique et beaucoup moins onéreuse puisqu’elle réduit définitivement certaines affections chroniques et évite ainsi de nombreuses interventions chirurgicales. Les dossiers existent, contresignés par des médecins non étiopathes, des professeurs, des doyens de facultés.

De plus, pour pouvoir professer, les étiopathes consacrent six années à l’étude du corps humain (sa mécanique, ses fonctions organiques, ses régulations vasculaires, neurologiques et hormonales).

S’ils travaillent avec leurs mains et non avec l’assistance de la pharmacologie, c’est que la logique et l’expérience réunies ont montré que dans bon nombre d’affections, la chimie ne servait à rien puisqu’une simple intervention manuelle ciblée permettait la disparition des douleurs dont souffrait le malade, avec l’assurance qu’elles ne reviendraient pas.

Cette approche est fondamentale car elle tend véritablement à différencier l’Étiopathie des autres méthodes existantes, qui, pour la majorité, s’en tiennent uniquement à soigner les effets et non la cause.

etiopathie-pouvoir-des-mains

LES QUATRE PHASES LOGIQUES DU RAISONNEMENT
ET DE LA DÉMARCHE ÉTIOPATHIQUES
1 – Recueil des faits exprimés par le patient, à l’issue d’un interrogatoire minutieux (symptômes éprouvés, gêne fonctionnelle, trajet des douleurs décrites),
2 – Élaboration du diagnostic étiopathique : examen clinique rigoureux, intuitif qui permet d’appréhender avec bon sens la cause réelle des troubles et son évolution potentielle,
3 – Dans le contexte de la situation exposée, évaluation du degré d’évolutivité et d’urgence,
4 – Au final, une intervention en toute sécurité du geste étiopathique simple, précis et rapide.

UNE MÉTHODE DE SOINS MANUELLE
SANS MÉDICAMENTS : UN SOULAGEMENT IMMÉDIAT

Le domaine de compétences de l’Étiopathie est très vaste et recouvre un grand nombre de pathologies.

QUATRE EXEMPLES MAJEURS :

J’AI MAL A LA HANCHE :

Symptômes
Douleur, limitation du périmètre de marche et trouble de posture du bassin…

Pistes majeures pouvant être à l’origine de ce trouble
Atteinte réelle de la hanche (arthrose ou tendinite de la hanche), problème lombaire (cruralgie), congestion menstruelle avec irradiations douloureuses dans le bassin.

Erreurs et fausses pistes de diagnostic
Irradiation douloureuse de lithiase urinaire ou d’infection, de pathologies tumorales utéro-ovariennes.

Diagnostic du médecin
Repos absolu, prescription d’anti-inflammatoires associés à un anti-acide avec pansements gastriques, chirurgie, prothèse…

Solution étiopathique
Ce cas s’avère être le plus courant associé ou non à une lombalgie. Traitement ligamentaire, tendino-musculaire et articulaire de la hanche, traitement des lombaires. Ce geste va entraîner rapidement la disparition de la douleur et de la gêne.

J’AI DES ACIDITES GASTRIQUES :

Symptômes
Douleurs et brûlures de l’estomac, avec ou sans « remontées acides »…

Pistes majeures pouvant être à l’origine de ce trouble
Douleurs dorsales associées (suspicion potentielle de cancer de l’estomac), douleurs sous-costales (suspicion de problèmes cardiaques), gêne respiratoire thoracique (dyspnée) assimilée à un ballonnement digestif, hernie hiatale, gastrite, ulcère à l’estomac ou du duodénum (symptômes majorés par le stress)…

Erreurs de diagnostic
Douleurs dorsales (associées à un cancer de l’estomac par exemple)
Douleurs sous-costale et précordiale gauche, douleur à l’épaule ou au bras gauche, gêne respiratoire confondue avec un simple ballonnement de l’estomac…

Diagnostic du médecin
Prescription d’un antiacide et d’un pansement gastrique. Il en résultera fatalement une rechute à l’arrêt du traitement.
La prescription d’un anti-inflammatoire entraînant l’irritation de l’estomac, il est nécessaire de prescrire une couverture anti-acide, un pansement protecteur associé à un antispasmodique.

Solution étiopathique
Si le trouble s’avère être des reflux ou de l’acidité, il convient de travailler directement sur le spasme des voies duodénales afin de permettre l’évacuation du contenu acide de l’estomac (« vidange de l’estomac »).

J’AI DES VERTIGES :

Symptômes
Perte d’équilibre et de repères souvent accompagnée de nausées, maux de tête…

Les pistes majeures pouvant être à l’origine de ce trouble
La plupart du temps l’origine est vertébrale avec des lésions liées à des traumatismes récents ou anciens : chute, accident de voiture, de ski, de cheval.
Arthrose cervicale.

Erreurs de diagnostic
L’étiopathe sait orienter rapidement le patient vers les services spécialisés, neurologie, ORL…
Il y a donc quatre problèmes majeurs à éliminer (sachant toutefois que la plupart du temps il s’agit de vertiges bénins paroxystiques, conséquence d’un problème mécanique cervical).
Arthrose cervicale avec retentissement sur les artères vertébrales : insuffisance vertébro-basilaire (radiographies, IRM)
L’atteinte artérielle par athérosclérose (artère carotidienne et vertébrale, écho doppler)
Les tumeurs intracrâniennes de la fosse postérieure (neurinome de l’acoustique : IRM)
Les poussées d’hypertension artérielle (bilan cardiologique).

Diagnostic du médecin
Vertiges bénins paroxystiques (cristaux de l’oreille interne).
Repos et prescription de traitements médicamenteux tels que des vasodilatateurs et anti-vertigineux, rééducation vestibulaire.

Solution étiopathique
Procéder à la réduction de la lésion cervicale responsable, après un examen neurologique rigoureux.

J’AI DES OTITES ET DES ANGINES :

Symptômes
L’enfant est toujours malade, a mal aux oreilles et à la gorge, et est souvent sous traitement antibiotique.Les pistes majeures pouvant être à l’origine de ce trouble :

Inflammation chronique de toute la sphère ORL (nez qui coule constamment, oreille qui suinte, gorge irritée, toux quinteuse).

Erreurs de diagnostic
Bronchiolite (inflammation des petites bronches provocant l’étouffement à la suite de bronchiolite asthmatiforme), asthme. Hypertrophie des amygdales (encombrement et obstruction de l’arrière gorge), Végétations adénoïdes (obstruction des orifices des trompes d’Eustache).

Diagnostic du médecin
Dans tous les cas, prescription d’antibiotiques bronchodilatateurs et d’anti-inflammatoires (avec le risque de résistance de plus en plus fréquente des germes aux traitements successifs et répétés).
Pour les otites : pose d’aérateurs transtympaniques, en cas de grosses amygdales et de grosses végétations, adénoïdectomie et amygdalectomie, ou l’ablation des deux.

Solution étiopathique
Examen de l’oreille, des tympans, de la gorge, auscultation pulmonaire. Techniques douces par vibrations et massages sur les muqueuses respiratoires qui vont permettre l’écoulement naturel des sécrétions nasales, sinusiennes et de l’oreille moyenne. Travail sur le palais, les sinus, la trompe d’Eustache (canal qui relie l’oreille à l’arrière gorge). Normalisation éventuelle de la colonne cervicale.

Notre conseil
Pour mieux connaître cette discipline et trouver un praticien reconnu dans votre région, vous pouvez consulter le portail de l’Institut Français d’Etiopathie qui propose un annuaire des étiopathes reconnus.

CONTACTER

Institut Français d’Étiopathie
44, rue de l’Ermitage
75020 Paris

Tél. : 01 43 49 57 14
Mail : ife@etiopathie.com
Lu sur le Net

 

ethiopathie-etiopathie-pouvoir-des-mains

EXPERIENCE

« UNE VISITE CHEZ L’ÉTIOPATHE – MON ÉTIOPATHE ET MOI
On fait tous la même chose : on attend toujours le dernier moment, d’être vraiment le dos au mur pour décrocher son téléphone. Après plus d’un an à vivre des nuits perturbées par des sinus bouchés (et accessoirement perturber la nuit de mon conjoint par des sinus bouchés), je me suis enfin décidée à rechercher un étiopathe dans ma ville, ayant lu qu’ils obtenaient d’excellents résultats dans le traitement des sinusites.

Mon rendez-vous rapidement obtenu, j’avoue que j’étais très curieuse de découvrir cette prometteuse séance.

En pénétrant dans la salle d’attente, j’ai senti un immédiat bien-être : lumière tamisée et diffusion d’huiles essentielles, ambiance sereine et apaisante, dont je n’ai pas pu profiter longtemps car déjà une chaleureuse jeune femme m’invitait à entrer dans le cabinet. Voilà, j’y étais. Et la chaleureuse jeune femme était mon étiopathe.

Elle a commencé la séance en me posant quelques questions, cette phase de dialogue étant nécessaire pour pouvoir mieux me cerner. Puis elle m’a proposé de m’étendre sur sa table de travail. J’ai donc obtempéré en me réjouissant intérieurement de bénéficier incessamment d’un véritable massage. Ce en quoi j’avais tort. Un cabinet d’étiopathe n’est pas un salon de beauté.

En m’allongeant sur la table de travail, j’ai, comme je le fais souvent, croisé les jambes. Et ça , ce n’est pas bon, a gentiment remarqué l’étiopathe en me demandant de décroiser les jambes.

Elle a alors commencé à me masser le haut du dos pour éliminer les tensions dans mes vertèbres, sources probables… puis m’a demandé de me retourner. Et allongée sur le dos, j’ai immédiatement croisé mes jambes avant de les décroiser sur sa nouvelle demande.

J’ai alors réalisé à quel point on cumule au quotidien les mauvaises postures, celles qui entraînent ensuite de petits dérèglements. Et de petits dérèglements en petits dérèglements, on détraque la belle mécanique de notre corps.

Depuis, je suis beaucoup plus attentive à mon positionnement lorsque je suis assise et plusieurs fois dans la journée, je me surprends à séparer ces jambes qui aiment tant à se nouer !

Les étirements des cervicales, déjà bien moins agréables, ont succédé aux massages. Mais il restait encore plus désagréable. Je ne me suis pas méfiée lorsque l’étiopathe m’a demandé si j’étais facilement sujette au réflexe nauséeux. Bon petit soldat, j’ai répondu par la négative. C’est juste lorsque qu’elle a entrepris de me masser dans la bouche, derrière les dernières molaires que j’ai saisi toute la portée de sa question et j’ai dû broyer mes doigts pour maîtriser le fameux réflexe nauséeux.

LA BELLE MÉCANIQUE DU CORPS
Pourquoi masser le palais ou le fond de la bouche alors qu’on vient pour une sinusite ?

Le rapport ne semble pas d’emblée évident. S’il ne semble pas évident, c’est bien parce que nous avons perdu la connexion avec notre corps. Parce que tout est fait pour que nous ne la retrouvions pas. Dans la vie en règle générale, en médecine en particulier.

En massant le palais et différents points sur le visage, comme l’étiopathe me l’a ensuite montré, on agit mécaniquement sur tout un ensemble qui participe au bon fonctionnement de nos muqueuses.

C’est ce message que j’ai le plus aimé lors de cette séance : tout est lié et interdépendant dans notre corps. Il est donc vain de penser réparer un ensemble en se focalisant sur un point isolé.

Je ne suis pas sortie du cabinet avec une ordonnance pleine de médicaments mais avec des massages à effectuer pendant une dizaine de jours et avec la certitude que non seulement je venais de faire du bien à mon corps mais surtout que j’allais désormais essayer d’en comprendre mieux le fonctionnement. »

Source : ecoloinfo


jpaul-moureauAVIS DE SPECIALISTES

jpaul-moureau

Le corps est un écran iPad !

Le plus célèbre étiopathe, Jean-Paul MOUREAU1 utilise, lui, une très belle image pour décrire ce qu’il fait : « le corps m’apparaît comme une interface tactile, l’écran d’un iPad sur lequel j’appuierais pour rééquilibrer des perturbations venant de l’environnement extérieur (stress, deuil, accident, séparation,…)« .

Son succès, en plus de son travail acharné depuis quelques dizaines d’années, et sans doute d’un don naturel, il le doit aussi à l’observation des gestes… d’une rebouteuse (sa grande tante) et de son oncle qu’il a vu pratiquer avec succès durant toute son enfance, aussi bien sur les humains que les animaux (chevaux, en particulier).

Plus de 100.000 patients à son actif, dont de très nombreuses célébrités : ça parle !

« Quand on laisse sa voiture au garage, elle n’en ressort jamais neuve »

imagesLes mots que Jean-Paul MOUREAU utilise pour décrire sa pratique sont limpides, explicites :

« Nous ne sommes pas des guérisseurs. A chaque instant, les systèmes de notre corps ont besoin d’être ré-harmonisés ; il n’y a pas d’harmonisation définitive : quand on laisse sa voiture au garage, elle n’en ressort jamais neuve.

En plus, l’être vivant évolue en permanence, il faut le réviser régulièrement. Eh bien, voilà ce que nous faisons : une révision générale. En agissant avec nos pouces et nos doigts sur le corps, nous envoyons au serveur qu’est notre cerveau des informations très ciblées, lesquelles lui permettront d’envoyer des réponses thérapeutiques, via des systèmes nerveux dédiés, notamment à travers le ‘grand sympathique’ qui commande la vie végétative et organique.

Un système très inflammatoire et aussi très relaxant. C’est ainsi que les gens s’endorment souvent quand ils sortent de ma consultation. Dans les vingt-quatre heures qui suivent, ils ressentent une très grande fatigue parce que j’ai actionné le système vagal qui part du crâne, derrière l’oreille, pour arriver jusqu’au pelvis (…) »

Source Consoglobe
Publicités

Merci de votre contribution

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s