Lettre du Groupe Montmorency Indépendant – Mars 2016

Borderie-josseran-brut

Depuis plusieurs années déjà

les Montmorencéens assistent attristés

au lent déclin de leur ville.

  • Montmorency a perdu son statut de sous-préfecture. Les anciens locaux sont depuis abandonnés à la vandalisation, offrant un spectacle de désolation.
  • La fermeture de l’hôpital prive les habitants d’un service de santé de proximité, de qualité, voire d’excellence. Si une partie du site a vu la construction d’un EHPAD, le reste des bâtiments est en friche.
  • Citons également l’inoccupation de nombreuses surfaces commerciales, signe d’une dégradation de l’activité économique.
    • Certes, l’actuelle majorité municipale n’est pas comptable de cette situation. Elle se doit cependant de réagir.
    • Hélas, la politique de la ville est pour l’instant illisible, sans cap. Les Montmorencéens ne sont ni consultés ni informés. Pire, il existe de réelles raisons de s’inquiéter.
  • La fermeture du musée Jean-Jacques Rousseau va priver la ville de son dernier pôle de rayonnement.
  • La place Levanneur serait maintenue dans sa configuration actuelle sans qu’il soit mis à profit le moment de sa nécessaire rénovation pour rechercher des aménagements innovants. Le cœur de ville (agora) serait déplacé vers la rue Demirleau. Ce transfert apparait comme un pari plutôt hasardeux.
  • Enfin, le risque de voir la ville mutilée, gravement blessée dans son tissu urbain et dans son unité est toujours présent. Le danger d’un BIP destructeur porté par le département est bien réel.

Une des fonctions de la ville a toujours été de développer chez ses habitants un sentiment de protection et de bien-être. Aujourd’hui nous ressentons plutôt de l’angoisse devant cette dégradation.

Madame le maire, Montmorency possède une riche histoire, vous devez lui donner les conditions d’un avenir radieux par une politique créative, dynamique et ambitieuse.

 

Publicités